Accueil > Information > Les Grands Moulins de Pantin font peau neuve

Les Grands Moulins de Pantin font peau neuve

mardi 26 juin 2007

La première pierre du chantier sera posée demain. En septembre 2009, 3000 personnes s’installeront dans les cinq bâtiments.

JPEG - 27.3 ko
moiluns de pantins

Une deuxième vie commence pour les Grands Moulins de Pantin. Construit en 1923, ce monument du patrimoine industriel francilien était vide depuis 2003, date du départ du groupe Soufflet. Un ensemble imposant, composé de deux moulins, situé entre le périphérique et le canal de l’Ourcq. Vainqueur de l’appel d’offres, BNP Paribas Immobilier a conçu un projet de 50 000 m2 de bureaux. La commercialisation s’est faite en famille. Dès septembre 2009, les 3000 collaborateurs du backoffice de BNP Paribas (BNP Paribas Security Services) s’installeront dans leurs nouveaux locaux. Avec conciergerie et salle de gym désormais de rigueur.

"L’esprit des lieux sera conservé", assure Frédéric Celdran, directeur général adjoint de Meunier Immobilier d’Entreprise (BNP Paribas Immobilier). Les toitures et façades des deux moulins resteront intactes. Mais à l’intérieur, tout sera détruit puis refait à neuf. Une prouesse technique qui a nécessité trois ans d’études. Des "open space" remplaceront les espaces de stockage du blé et des sacs de farine… Pour mieux laisser passer la lumière, les moulins changent de look. Le petit moulin comportera une façade vitrée. Dans le grand, deux atriums seront créés. Pas question de toucher au campanile du petit moulin ni au transbordeur. Ce long bâtiment, qui servait à remplir puis à vider les péniches arrivant par le canal, sera transformé en médiathèque. A l’entrée des Grands Moulins, la façade de la boulangerie a été conservée. Montée sur pilotis, elle donne l’impression d’être suspendue dans l’air… Pour mettre en valeur les moulins, plusieurs bâtiments secondaires - comme un garage et un immeuble administratif - ont été démolis.

Cela fait un an que les travaux ont commencé. Pour le promoteur, leur coût avoisine les 100 millions d’euros. La réhabilitation des vieux bâtiments coûte 1,5 fois plus chère que les constructions neuves. Quatre grues sont à l’œuvre, 400 personnes travaillent sur le chantier. Tous les déchets du chantier sont évacués par péniche. Démolitions et terrassements sont désormais terminés. Les ouvriers s’attèlent en ce moment aux parkings. Avec ce nouveau site, Pantin - qui accueillera le tramway en 2012 - espère redynamiser les rives du canal et donner un nouveau souffle à la ville.

Keren Lentschner.
Publié le 26 juin 2007


Voir en ligne : Le Figaro.fr