Accueil > Sur le pain > La baguette craque pour une nouvelle hausse

La baguette craque pour une nouvelle hausse

mercredi 29 août 2007

"C’est logique". Jacques Mabille, le président adjoint de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française n’en démord pas : le prix de la baguette va augmenter dans de nombreux magasins en septembre, du fait des hausses de coûts que subissent les professionnels. "Sur la hausse de 5 centimes constatée dans certaines boulangeries, 2 centimes seront liés à la farine, et 3 à la hausse du smic, sur lequel notre grille salariale est indexée", explique-t-il. De fait, le blé et la farine représentent, respectivement, environ 5 % et 15% d’une baguette, contre 50 % pour les charges et les salaires. La Confédération sait le sujet sensible, car le pain est un produit emblématique en France, mais elle s’efforce de relativiser l’impact sur le pouvoir d’achat : " le pain ne représente que 0,56 % du panier de la ménagère", avance Jacques Mabille.

Certains boulangers ont commencé à répercuter les hausses de la farine dès cet été, car les moulins ont déjà augmenté en moyenne leurs tarifs de 5 euros le quintal (100 kilos). Mais c’est en septembre, mois traditionnel des augmentations du prix du pain, que le mouvement devrait se généraliser. Les industriels de la boulangerie prévoient de leur côté de répercuter une hausse de 8 % auprès de leurs clients, les grandes surfaces et la restauration.

En boulangerie, une baguette de base se vend entre 75 et 95 centimes, une "tradition" entre 1 euro et 1,30 euro ; dans la grande distribution, elle coûte entre 50 et 60 centimes. Chaque boulangerie est libre de fixer ses tarifs en fonction de ses charges, et certaines ne s’en sont pas privé ces dernières années. En 2006, le prix du pain a déjà augmenté de 5 centimes d’euros en moyenne. La pâtisserie est elle aussi touchée par la hausse des matières premières agricoles, puisqu’elle utilise de la farine, certes, mais aussi des œufs, du lait, du beurre.

L’association de consommateurs CLCV a déploré, lundi, que les boulangers répercutent uniquement à la hausse, et jamais à la baisse, les cours du blé sur le coût du pain : " L’augmentation du prix du pain est régulière et continue : 50% au cours des quinze dernières années, avec une et parfois deux hausses annuelles ".

Laetitia Clavreul


Voir en ligne : Le Monde.fr